Résidences Méditerranée

Autour de Dansem

 

Dans le cadre des Résidences Méditerranée, les jeunes chorégraphes Moad Haddadi et Youness Atbane, ainsi que leurs regards extérieurs respectifs, Taoufiq Izeddiou, Nedjma Hadj Benchelabi et Younes Aboulakoul, ont été invités à la Friche la Belle de Mai pour un temps de résidence d’un mois et demi. L’Officina est producteur associé au volet danse de ce programme de résidences croisées porté par la Friche la Belle de Mai et l’Institut Français du Maroc sur la période 2015 – 2018.

« C’est un solo qui parle des jeunes du monde arabe, qui veulent danser, qui veulent sortir ce qu’ils ont dans leurs cœurs, qui désirent faire ce qu’ils veulent et ne le peuvent pas. »

Moad HADDADI
(Marrakech)
Nari j'ai dansé

 
 

« Ce projet est basé sur le désir de remettre en question le lien entre objet et rêve. (…) Deux artistes entrent dans « un monde-chose » au sein duquel la langue, le mouvement et les images ne sont plus prisonniers d’une logique de sens, mais sont capables d’entrer en collision et d’interagir pour construire un appareil de rêve où l’inconnu, le flottant et le non-rationnel deviennent les personnages principaux. »

Youness ATBANE
(Casablanca)
Les Architectes

 

NARI J’AI DANSÉ
Chorégraphie et interprétation Moad Haddadi
Accompagnement en écriture chorégraphique Taoufiq Izeddiou
Accompagnement en dramaturgie Nedjma Hadj Benchelabi
Photo © Nada Kadiri

LES ARCHITECTES
Conception Youness Atbane
Artiste associé Younes Aboulakoul
Chant, musique Aziz Nadif
Assistante à la chorégraphie Anna Weissenfels
Photo © Youness Atbane

NARI J’AI DANSÉ
Avec le soutien de la SCAC, de l’Institut Français du Maroc et de la Friche la Belle de Mai. Remerciements au Studio La Liseuse (Marseille).

LES ARCHITECTES
Avec le soutien de l’AFAC – Arab fund for arts and culture, de l’Institut Français du Maroc et de la Friche la Belle de Mai.

Né à Marrakech en 1994, Moad Haddadi pratique la danse là où il peut, dans différents lieux allant d’un apprentissage dans les rues en compagnie de jeunes danseurs de break dance jusqu’à une pratique en salles. Il intègre en 2012 la formation Al Mokhtabar II, dirigée par Taoufiq Izeddiou, et suit ses premiers cours de danse contemporaine auprès de Saïd Aït El Moumen, Kamal Aadissa et Taoufiq Izeddiou. Par la suite, Moad Haddadi prend part au projet Intérieur Extérieur dirigé par Taoufiq Izeddiou et Carmen Blanco Principal dans le cadre de la saison artistique ‘Daba Maroc’ à Bruxelles. Il suit plusieurs ateliers de danse contemporaine et de théâtre contemporain, auprès notamment de Mathilde Monnier, Pierre Droulers, Radouan Mriziga, Youness Khoukhou, Bouziane Bouteldja, Fanny Sage, Juan Luis Doggy, Faouzi Bensaïdi, Thierry Poquet et Khalid Benghrib. Moad Haddadi participe au projet de création autour de Shakespeare dirigé par Faouzi Bensaïdi, qui rassemble les étudiants-réalisateurs de l’École Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse, les jeunes danseurs de la compagnie Anania et plusieurs acteurs professionnels. Il travaille actuellement sur le solo Nari, j’ai dansé, avec la compagnie Anania sous le regard artistique de Taoufiq Izeddiou, Nedjma Hadj (dramaturgie), Said Aït El Moumen, Youness Khoukhou et Rachid Elbandki. Une étape de travail a été présentée en 2015 à Marrakech pour la 10ème édition du festival On Marche.

Taoufiq Izeddiou est chorégraphe, pédagogue et directeur artistique de la Cie Anania et du festival On Marche. Né à Marrakech, il suit des études d’architecture et pratique la boxe et le théâtre avant de se découvrir, au début des années 1990, une passion pour la danse contemporaine à la suite de formations dispensées à l’Institut français de Marrakech par de grands chorégraphes tels Mathilde Monnier, Georges Appaix ou Bernardo Montet. Parallèlement à sa carrière de danseur professionnel, notamment au Centre chorégraphique national de Tours, Taoufiq Izeddiou signe sa première chorégraphie en 2000. En 2003, il fonde avec Bouchra Ouizguen et Saïd Aït El Moumen la première compagnie de danse contemporaine au Maroc, Anania. Soucieux de transmission et de pédagogie, il met en place la première formation marocaine de danse contemporaine, Al Mokhtabar, dont sont issus plusieurs danseurs de la compagnie Anania. En 2007, il obtient son diplôme d’État de danse contemporaine en France. Depuis lors, à cheval entre le Maroc et l’Europe, il crée des œuvres qui explorent les tensions entre tradition et modernité et qui libèrent les corps. Après Cœur sans corps, Clandestins CSC, Déserts désirs, Aataba, Aaléef, Rev’Illusion… il signe en 2016 sa dernière création, En Alerte.

Née à Alger, Nedjma Hadj Benchelabi vit et travaille à Bruxelles. Elle est membre de la compagnie de théâtre bruxelloise Dito’Dito jusqu’à 2005, puis rejoint l’équipe artistique du Théâtre de la Ville de Bruxelles, le KVS. Dès 2009, elle est programmatrice aux Halles de Schaerbeek où elle développe une programmation avec des artistes et auteurs contemporains du monde arabe. S’ensuit une collaboration autour du projet intitulé ‘Daba Maroc’, saison artistique contemporaine marocaine en Belgique en 2012, puis diverses collaborations avec Charleroi Danses et Mons-Capitale européenne de la culture en 2015. Ces dernières années, elle accompagne en dramaturgie des projets artistiques et des projets en tant que programmatrice pour le festival international de danse contemporaine de Marrakech, On Marche. Nedjma Hadj Benchelabi est depuis peu programmatrice danse à D-CAF, Festival multidisciplinaire au Caire pour le ‘Arab Art Focus’. Elle est également auteur, dramaturge et réalisatrice de films documentaires.

Né à Safi en 1982, Youness Atbane vit et travaille à Casablanca. Sa pratique artistique est centrée sur la danse contemporaine et les arts visuels, plus largement axée sur une recherche de croisement entre ces disciplines. Il entame en 2000 des études en mouvement et chorégraphie, tout en suivant des études d’arts graphiques et de design. En 2008 il participe au programme EX.E.R.CE 08 au Centre chorégraphique national de Montpellier dirigé par Mathilde Monnier. Il travaille avec plusieurs chorégraphes et artistes internationaux comme Khalid Benghrib, Jean-Marc Matos, Juan Domingues, Alfred Alerte, Xavier Le Roy, Neto Machedo, Rochus Aust, Fawzi Benssidi, Kelly Bond, Mounir Fatmi… Investi dans la création contemporaine au Maroc, il collabore avec le chorégraphe Khalid Benghrib et co-fonde la Compagnie 2k_far au sein de laquelle il évolue depuis 2004 en tant qu’artiste associé et danseur-interprète. En 2011, il co-fonde avec Omar Sabrou le premier collectif d’art numérique au Maroc, Pixylone. Ses installations et performances ont été présentées à la Casa Encendida à Madrid, au Musée d’art contemporain de Rome, à la Biennale de Venise, à la Galerie Talmart et à l’Institut du monde arabe à Paris, et au Musée d’art moderne et contemporain Mohammed VI à Rabat.

Né à Casablanca en 1987, Younes Aboulakoul commence très jeune la pratique du hip-hop, de la danse classique et des danses folkloriques marocaines. Adolescent, il rencontre Khalid Benghrib / Compagnie 2k_far, auprès de qui il se forme en danse contemporaine et prend part, depuis, à tous ses projets jusqu’à aujourd’hui : Western palace, La smala BB, Marrakech Toys, Sol-Os… Younes Aboulakoul travaille également avec les chorégraphes Ramon Baeza, Rosa Sanchez et Alain Baumann, la compagnie Macadam, Meryem Jazouli, Radhouane El Meddeb (Au temps où les arabes dansaient), Olivier Dubois (Souls)… et participe à des workshops en danse contemporaine et hip-hop aux états-Unis et en Europe. Il s’installe en France en 2010, et enseigne la danse hip-hop dans plusieurs écoles de danse parisiennes.

 
 

Fermer