Radouan Mriziga – 3600

Spectacles Marseille

 

Samedi 26 novembre / 20.00 et Dimanche 27 novembre / 17.00          Montévidéo          Réservez !

 
 

« Pourquoi construisons-nous des choses ? L’être humain, si petit et fragile, est capable d’édifier quelque chose de grand, solide et complexe. Ces bâtiments ne servent pas uniquement à nous protéger, ils peuvent aussi être fonctionnels, symboliques ou esthétiques – voire tout à la fois. »

3600, comme les 3600 secondes d’un spectacle pour 3 danseurs et 360 briques. Dans ce second volet d’une trilogie entamée avec 55, que Dansem présentait l’an passé, Radouan Mriziga continue d’articuler danse et architecture et centre sa recherche sur le corps comme entité construisante. Empruntant aux complexités géométriques de l’art oriental comme aux lignes minimales du Bauhaus, ce chorégraphe formé entre le Maghreb et la prestigieuse école bruxelloise P.A.R.T.S. explore la confrontation entre corpo-réalité et concept strict pour ouvrir un espace où l’acte de construire est un spectacle et le spectacle, une construction. 3600 secondes sans séparation entre le corps, l’esprit et l’intellect.
 

Radouan MRIZIGA
(Bruxelles)
3600 / création 2016 / durée 60'

 
 
Spectacle présenté en coréalisation avec Montévidéo, Créations Contemporaines – Atelier de fabrique artistique, avec le soutien de la Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger.
 
 

• Conception et chorégraphie Radouan Mriziga
Création et interprétation Maria Ferreira Silva, Maïté Jeannolin, Radouan Mriziga
Remerciements Karl Saks
Photos © Beniamin BOAR
Production Moussem Nomadic Arts Centre (Belgique) • Coproduction Kaaitheater (Bruxelles) // C-mine (Belgique) • En collaboration avec Pianofabriek (Bruxelles) // WP Zimmer (Belgique) // Alkantara Festival (Lisbonne) // Charleroi Danses, Centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles
bio-georgesNé au Maroc en 1985, Radouan Mriziga prend ses premiers cours de danse à ses dix-huit ans, à Marrakech. Il continue sa formation auprès de Jacques Garros en rejoignant en 2005 le Centre Lafaurie Monbadon à Bordeaux, puis intègre en 2006 le CMDC (Mediterranean Center of Contemporary Dance) en Tunisie. Il suit plusieurs cours et workshops en France, puis achève ses études entre 2008 et 2012 à P.A.R.T.S (Performing Arts Research and Training Studios), l’école de danse bruxelloise d’Anne Teresa De Keersmaeker. Depuis, il vit et travaille à Bruxelles comme danseur et chorégraphe. Il signe et danse dans 111-1, pièce collective qu’il crée avec José Paulo Dos Santos, Mohamed Toukabri et Youness Khoukhou. Il est interprète pour Bart Meuleman dans Half Elf Zomeravond, présenté à la Toneelhuis en 2012. C’est un des danseurs du spectacle Re:Zeitung, un projet de P.A.R.T.S. Foundation et de la Monnaie dans lequel une nouvelle génération de danseurs professionnels revisite le répertoire de De Keersmaeker. Il danse en 2014 dans la création Primitive de la chorégraphe Claire Croizé, et dans la création du jeune chorégraphe français Simon Tanguy, People in a Field. Il rejoint en 2014 le Moussem Nomadic Art Centre en qualité d’artiste résident, et signe à la fin de cette même année sa première création, 55. En 2016, il crée 3600.

Née à Lisbonne en 1988, Maria Ferreira se forme au Conservatoire national de Lisbonne puis intègre la formation P.A.R.T.S. dirigée par Anne Teresa De Keersmaeker. Avec Veli Lehtovaara elle crée le duo Light as a Feather, Green as an Apple. Elle travaille en tant que danseuse et interprète avec le Quorum Ballet pour le duo Kismet de Daniel Cardoso, avec la compagnie Willi Dorner pour le projet Bodies in Urban spaces, avec Daniel Linehan pour Gaze is a Gap is a Ghost et avec Sarah & Charles pour The Suspension of Disbelief. Depuis 2013, elle travaille avec la chorégraphe Maud le Pladec / Leda (Democracy et la création avec l’ensemble Ictus, Concrete). En 2015, elle prend part à Cri et Baise de Yves-Nöel Genod, et à Title in process de Xavier Leroy et Scarlet Yu, présenté à la Biennale de Venise. Depuis 2014, Maria Ferreira développe Polyphony, une recherche solo autour du mouvement et de la pratique de la performance. Parallèlement à sa carrière chorégraphique, Maria Ferreira étudie la photographie à l’Académie des Beaux-Arts de Saint Gilles.

Maïté Jeannolin est une danseuse et chorégraphe française travaillant actuellement à Bruxelles. Elle se forme au Junior ballet d’Aquitaine puis à Codarts à Rotterdam avant d’intégrer P.A.R.T.S, à Bruxelles. Elle travaille avec différents chorégraphes comme Robert Steijn, Marten Spangberg, Benjamin Vandewalle, Salva Sanchis, et plus récemment avec Philippe Saire pour Utopia Mia. Elle prend part à plusieurs créations collaboratives comme Under the Molten Lava Moon et Ville Tentaculaire. Avec la caméra woman Charlotte Marchal, elle explore le médium de la vidéodanse – leur premier travail Paysage, tableau premier a été primé par IDILL en 2014. Parallèlement, elle est invitée comme intervenante en France au Centre de danse Belleville et en Lettonie au Latvian Academy of Arts tout en organisant elle-même, ces trois dernières années, des ateliers de danse contemporaine dans les Alpes françaises.

Radouan Mriziga est invité à Dansem 2015 pour 55, présenté à Montévidéo.
Radouan Mriziga a lu…
Garros Jacques – Corporellement 1 (2012) – Corporellement 2 (2013) – Psychomotricité (2014) // El Said Issam – Islamic Art and Architecture: The System of Geometric Design (2008) // Gehm Sabine, Husemann Pirkko, Von Wilcke Katharina – Knowledge in Motion (2007) // Azevedo Goncalo, Balmond Cecil, Obrist Hans-Ulrich et al. – Open source: architecture as an open culture “ circodeideias ” (2010) // Fromm Erich – Man for himself (1990) // Flint Anthony – Modern Man : The Life of Le Corbusier, Architect of Tomorrow (2014) // Prisse d’Avennes – L’art arabe (1869-1877)

 

 

 

Fermer