Radhouane El Meddeb – À mon père, une dernière danse et un premier baiser

Marseille

 

Mardi 21 novembre à 19.00 Théâtre Joliette (Grande Salle) Réservez !
 
 
Spectacle présenté en coréalisation avec le Théâtre Joliette, Scène conventionnée pour les expressions contemporaines et avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique.

« À la place des adieux funèbres, j’entame une danse émouvante comme un premier amour, tremblante comme des corps qui apprennent à se mettre à l’unisson aidés par la musique. »

 

Après avoir présenté en 2014 Au temps où les Arabes dansaient…, Radhouane El Meddeb revient avec un nouveau solo en hommage à son père décédé de façon soudaine avant le « Printemps arabe ». Un testament chorégraphique pour sceller dans les gestes les mots tus et les événements qu’il aurait tant voulu partager avec lui. Dans une écriture alliant épure, force, sincérité, plasticité et métaphore, Radhouane El Meddeb danse le deuil, le souvenir, l’absence, la fin et l’amour avant tout.

Radhouane EL MEDDEB - À MON PÈRE, UNE DERNIÈRE DANSE ET UN PREMIER BAISER
(France)
création 2016 / durée 50'
TP : 15€ / TR : de 10€ à 6€
 
 
• Conception, chorégraphie et interprétation Radhouane El Meddeb
• Collaborateur artistique Moustapha Ziane
• Plasticien Malek Gnaoui
• Scénographie Annie Tolleter
• Réalisation sonore Olivier Renouf
• Extraits des Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach, interprétées par Glenn Gould
• Lumières Xavier Lazarini
• Costumes Cidalia Da Costa
Photos © Agathe Poupeney
Production La Compagnie de SOI
Coproduction Festival Montpellier Danse 2016, La Briqueterie, Centre de développement chorégraphique du Val-de-Marne (Vitry-sur-Seine), Pôle Sud – Centre de développement chorégraphique de Strasbourg
Avec le soutien du Centre national de la danse (Pantin), accueil en résidence
• Radhouane El Meddeb est artiste associé au CENTQUATRE-PARIS
• La Compagnie de SOI est subventionnée par la DRAC Île-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l’Aide aux compagnies chorégraphiques
Formé à l’Institut supérieur d’art dramatique de Tunis, Radhouane El Meddeb reçoit le Prix du « jeune espoir du théâtre tunisien » en 1996 par la section Tunisie de l’Institut international de théâtre. Il est ensuite recruté comme comédien dans le cadre de l’atelier de formation et de recherche du Théâtre national de Toulouse sous la direction de Jacques Rosner.
En Tunisie, il collabore avec Fadhel Jaîbi, Taoufik Jebali et Mohamed Driss, artistes phares du monde arabe. En France, il travaille avec les metteurs en scène Jacques Rosner, Lotfi Achour et Catherine Boskowitz, et il collabore artistiquement avec des auteurs contemporains tels que Natacha de Pontcharra, Adel Hakim et Camille de Toledo. Il travaille aussi ponctuellement avec des chorégraphes tunisiens en tant qu’interprète et collaborateur artistique et participe à plusieurs stages de danse, notamment avec Jean-Laurent Sasportès et Lisa Nelson avec qui il collabore à la conception, dramaturgie et lumières de plusieurs créations chorégraphiques. Au cinéma, il joue dans deux films de Férid Boughedir : Un été à la Goulette et Halfaouine, l’enfant des terrasses.
En 2005, il signe sa première création, le solo Pour en finir avec MOI, aux Rencontres chorégraphiques de Carthage. En 2006, il fonde la Compagnie de SOI et multiplie ensuite les créations en France, en commençant, par le solo Hûwà créé au festival Montpellier Danse. En 2007, il intègre la distribution de 1000 Départs de Muscles, création d’Héla Fattoumi et Éric Lamoureux. En 2008, il créé Quelqu’un va danser… pour les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis et conçoit au Centre national de la danse à Pantin la performance Je danse et je vous en donne à bouffer. En 2010, il crée au CND sa première pièce de groupe Ce que nous sommes, pour cinq danseurs et collabore avec Stéphane Gombert pour Chant d’amour, autour du roman Notre dame des fleurs et du film Chant d’amour de Jean Genet. En 2011, il devient artiste associé au CENTQUATRE-PARIS et y présente À l’étroit en collaboration avec l’auteur Philippe Adam. En 2012 au festival Montpellier Danse, il crée et interprète le solo Sous leurs pieds, le paradis, dont il partage l’écriture chorégraphique avec Thomas Lebrun. La même année, les circassiens Matias Pilet et Alexandre Fournier l’invitent a chorégraphier leur duo Nos limites présenté en 2013 au CENTQUATRE-PARIS. En 2014, il crée Au temps où les arabes dansaient… et, en 2015, il chorégraphie pour la Biennale Collège de la danse à Venise Nous serons tous des étrangers et donne la première de Heroes, prélude, pièce pour dix interprètes issues des danses urbaines, au Panthéon à Paris, qui accueille pour la première fois de la danse contemporaine. En 2016, il crée Heroes au Festival de Marseille et pour Montpellier Danse 2016, le solo À mon père, une dernière danse et un premier baiser dont il est l’interprète.
Parallèlement à ses créations, Radhouane El Meddeb intervient dans des ateliers de sensibilisation à la danse contemporaine et fait partie du jury chargé de la sélection des pensionnaires de l’Académie de France à Rome pour les années 2012 et 2013.

www.lacompagniedesoi.com

Radhouane El Meddeb a présenté Je danse et je vous donne à bouffer et Quelqu’un va danser… pour Dansem 2009 et Au temps où les Arabes dansaient… au Théâtre Joliette-Minoterie pour Dansem 2014.

 

Fermer