Bouchra Ouizguen – Ottof

Spectacles Arles · Spectacles Marseille · Spectacles Vitrolles

 

Mardi 15 novembre / 20.30          Vendredi 18 novembre / 20.30          Mardi 22 novembre / 19.00

Théâtre d'Arles          Théâtre de Fontblanche          Théâtre Joliette-Minoterie

Réservez !          Réservez !          Réservez !
 
 

« C’est notre fourmilière, où chacune de nous mène un long processus d’ouvrière dans un combat qui parfois nous dépasse : nous portons, nous creusons, nous répétons, et nous suivons les paroles et les gestes des autres, à l’unisson, pour un combat, au-delà de nos êtres. (…) Nos coeurs sont les réservoirs et les échos des violences à transformer. »

Dansem retrouve Bouchra Ouizguen et ses superbes Aïtas. Chanteuses et danseuses populaires, elles nourrissent depuis une dizaine d’années le travail de la jeune chorégraphe. De pas douloureux en courses folles, Ottof – qui signifie « fourmi » en berbère – dévoile sans tabou l’intime de quatre d’entre elles. Un hymne généreux et réjouissant qui libère la puissance indomptable de ces corps âgés, opulents, exubérants, subversifs. Épris de liberté.
 

Bouchra OUIZGUEN
Compagnie O (Marrakech)
Ottof / création 2015 / durée 60’
 
 
Cette tournée départementale est organisée en coréalisation avec le Théâtre d’Arles, la Ville de Vitrolles et le Théâtre Joliette-Minoterie, avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique et de la Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger.
 
 

• Direction artistique et chorégraphie Bouchra Ouizguen
Interprétation – danse et chant Kabboura Aït Ben Hmad, Fatéma El Hanna, Halima Sahmoud, Fatna Ibn El Khatyb, Bouchra Ouizguen
• Lumière Eric Wurtz
Photos © Margot Valeur etHasnae El Ouarga

• Production Compagnie O • Coproduction Festival Montpellier Danse // Festival d’Automne à Paris // Les Spectacles Vivants – Centre Pompidou (Paris) // KUNSTENFESTIVALDESARTS (Bruxelles) // La Bâtie – Festival de Genève // Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France au Maroc • Soutien Institut Français de Marrakech // Arcadi (Paris) Accueil Studio Institut Français de Marrakech

bio-georgesNée en 1980 à Ouarzazate, Bouchra Ouizguen vit et travaille à Marrakech où elle s’est engagée, dès 1998, dans le développement d’une scène chorégraphique locale. Autodidacte et danseuse orientale dès l’âge de 16 ans, elle crée ses premières pièces expérimentales telles que Ana Ounta ou Mort et moi, nourries par ses intérêts pour le cinéma, la littérature, la musique… Cofondatrice de l’association Anania en 2002 avec Taoufiq Izeddiou, elle collabore notamment avec Mathilde Monnier, Bernardo Montet, Boris Charmatz et Alain Buffard avant de fonder sa propre compagnie, la Compagnie O. Elle engage alors un travail nourri par ses questionnements sur la société, les arts visuels et les arts populaires de son pays au côté d’une équipe qu’elle a réunie en sillonnant le Maroc. C’est de son travail sur le son, la performance et la vidéo que surgissent des formes multiples. Elle reçoit en 2010 le prix de la révélation chorégraphique de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD) et le prix du Syndicat de la critique Théâtre Musique Danse avec le libérateur Madame Plaza, où elle partage la scène avec trois performeuses issues de la tradition des Aïtas. En 2011, elle crée avec le chorégraphe Alain Buffard le solo Voyage Cola dans le cadre des « Sujets à Vif » du Festival d’Avignon. En 2012, elle crée HA! au Festival Montpellier Danse qu’elle jouera en 2013 au Centre Georges Pompidou, pièce qui inspirera la performance Corbeaux présentée pour la première fois à la Biennale Art In Marrakech en 2014. En 2015, elle présente Ottof au Festival Montpellier Danse puis au Festival d’Automne.
Bouchra Ouizguen est invitée à Dansem en 2009 avec Madame Plaza qu’elle présente au Théâtre d’Arles, et revient au Festival en 2013 avec Ha! et Madame Plaza, présentés au Théâtre Joliette-Minoterie.
Bouchra Ouizgen a lu…
Djalâl-ud-Dîn Rûmî traduit par Eva de Vitray-Meyerovitch – Le Livre du Dedans (XIIème siècle) // Boris Cyrulnik – Parler d’amour au bord du gouffre (2004) // Asma Lamrabet – Le Coran et les femmes (2007) // Frédéric Lenoir – L’Âme du Monde (2014) // Alexandre Jollien – éloge de la faiblesse (1999) // Jean de La Fontaine – Les Fables (XVIIème siècle) // Thérèse Benjelloun – Le souffle féminin du message coranique (2015) // La revue Behavioral Ecology and Sociobiology
 
 
 
 

Fermer